Mais qui va sauver les A.S.H de l’Hôpital Joseph Ducuing ?

Pour répondre à cette question, nous vous invitons à participer à une petite devinette : le « Procédons par élimination ». Depuis début juin, les Agents de Service Hospitalier (ASH) de l’Hôpital Joseph Ducuing luttent contre leur externalisation vers la société Biomega, une entreprise qui propose de sous-traiter les services des milieux hospitaliers pour que ça coûte moins cher. Ici, ce sera le ménage et le service repas. Autant le dire tout de suite : si ce sont les mêmes services mais que c’est moins cher, c’est parce que ce sont les travailleuses et travailleurs qui paient la différence. Il faudrait être un sacré menteur doublé d’un sacré connard pour assurer le contraire. Première élimination : Biomega.

L’hôpital Joseph Ducuing, c’est un hôpital un peu particulier. On va pas refaire l’historique, mais ses origines remontent à la guerre contre les nazis et contre le dictateur espagnol Franco, où on y soignait les blessés des différents fronts. D’ailleurs, tous les ans, ils déposent de belles gerbes devant la salle des guérilleros FFI rue de Varsovie. Quelques années plus tard, c’est devenu le modèle d’une médecine sociale, où on soignait tout le monde et on le faisait bien. C’était une vitrine pour le Parti Communiste Français (PCF), une sorte de propagande par le fait de l’avenir radieux. Pour gérer cet hôpital, les membres ont fondé une association « Les AMIS DE LA MEDECINE SOCIALE ». C’est eux qui ont pris la décision de nommer ERIC FALLET à la tête de cet établissement en début d’année 2018. ERIC FALLET, notre cow-boy préféré, a la réputation d’un « nettoyeur ». Il passe d’hôpitaux en hôpitaux et consacre sa vie à « nettoyer », c’est-à-dire externaliser, sucrer les pauses, bouleverser les plannings, réduire le matériel, pourrir la vie aux travailleurs quoi. Les AMIS DE LA MEDECINE SOCIALE savaient pertinemment ce qu’ils faisaient puisque c’est eux qui ont fait le choix de lancer l’appel d’offres d’externalisation dès 2017. FALLET est un exécutant mais il exécute bien. Ils le paient en conséquence. MICHEL ROUMY, ancien chercheur CNRS, vieux briscard du PCF selon les dires de certains travailleurs de Ducuing, est le président du Conseil d’Administration. C’est à ce conseil d’administration que des personnes solidaires des ASH de Ducuing sont allées rendre visite le 6 juin pour contester la décision d’externalisation en rappelant l’attitude du directeur vis-à-vis des grévistes. En effet ce dernier, lors de la grève du 5 juin, avait convoqué vigiles et huissiers pour accueillir les travailleuses et travailleurs en lutte et avait assigné (obligation d’assurer le service minimum) le maximum de personnels pour casser la grève. Face aux demandes d’explication des personnes solidaires des ASH, c’est ROUMY lui-même qui a décidé de faire appel aux forces de l’ordre. Résultat des courses : une interpellation et un procès qui arrive en septembre. Deuxième élimination : ROUMY, les AMIS DE LA MEDECINE SOCIALE et FALLET.

Malgré la répression, les personnes solidaires (personnel de l’hôpital, usagers, soutiens) et les ASH ont fondé l’APASH, Assemblée Pour les ASH, qui est devenue l’espace central d’organisation de la lutte et qui réunit régulièrement une cinquantaine de personnes. Le besoin de s’organiser collectivement, au-delà des statuts de chacun, est venu du fait qu’au sein de l’hôpital, ça ne bougeait pas encore beaucoup pour soutenir les ASH. La CGT refusait (et refuse toujours) de soutenir le mouvement. Normal, à Ducuing, au vu de la filiation politique des AMIS DE LA MEDECINE SOCIALE, la CGT là-bas c’est un syndicat patronal, la bonne vieille courroie de transmission des décisions des patrons « communistes ». Ça bouscule un peu et puis ensuite on s’y fait. Surtout quand on voit certains représentants CGT de Ducuing répandre mensonge sur mensonge pour décourager les personnes susceptibles de rejoindre le mouvement. Troisième élimination : La CGT.

Malgré ces différentes embûches, nous avons pu organiser plusieurs mouvements de grève, grâce à des préavis locaux posés par la CFDT de Ducuing, qui a participé depuis le début au mouvement contre l’externalisation. Alors que jusqu’ici, la déléguée syndicale CFDT de Ducuing avait à peu près suivi les décisions d’AG, le vendredi 7 juillet, elle décide de retirer le préavis de grève qu’elle avait déposé pour le 9 juillet prochain, obligeant l’APASH a trouvé une autre solution pour maintenir le mouvement de grève. Considérant qu’elle avait fait son maximum, les envies des ASH d’aller plus loin et plus fort pour vraiment bloquer cette externalisation ne lui ont pas plu. Surtout si son pouvoir était remis en cause. Elle a donc décidé d’abandonner les ASH en se retirant de la lutte, sans consulter les syndiqués CFDT de Ducuing par ailleurs. Quatrième et dernière élimination : La CFDT.

Voilà nous y sommes. Après plus d’un mois de lutte, nous avons eu la chance d’être en mesure de reconnaître nos vrais ennemis et nos faux amis. Aucune déception particulière. Les luttes, ça révèle toujours qui nous sommes. Aujourd’hui les ASH de Ducuing refusent toujours l’externalisation prévue pour le 15 août et vont tout faire pour l’empêcher. Donc a priori, après avoir procédé par élimination, nous devrions être en mesure de savoir qui va sauver les ASH de Ducuing : Elles-mêmes !!! Mais bien sûr pas sans le soutien du personnel de l’hôpital convaincu de ce que cette externalisation signifie pour toutes et tous en termes de dégradation des conditions de travail et de soin et l’appui constant de toutes les personnes qui ont gravité, gravitent ou graviteront autour de l’APASH qui donnera très prochainement de nouveaux rendez-vous. Venez soutenir la lutte exemplaire des ASH de Ducuing. Tous les moments sont ouverts : piquet de grève, tractage, assemblée. On gagnera ensemble !!!

Prochain rendez-vous :

AG APASH Mardi 10 juillet 20h

Moins de Cow-Boys, Plus d’APASH !

Collectif Classe